Social Finance Award Nominee-Youth Social Innovation Capital Fund

En français

Youth Social Innovation Capital Fund (YSI-CF) was founded upon two goals: to meet the capital and knowledge needs of young social entrepreneurs and to engage Canadians in the social finance sector.

Investors loan between $1,000 and $10,000, and these loans are provided to young social entrepreneurs who have been selected by YSI-CF’s Investment Committee. Loans to entrepreneurs are for one to two years at an interest rate of 6 to 8%. The entrepreneurs are also connected to a bundle of key non-financial support, including mentorship, workshops and networking opportunities. The investors are repaid by YSI-CF after one to two years with a 3 to 5% financial return on investment (ROI). By teaming up with Social Asset Measurements Inc. these investments are measured in terms of Social Return on Investment (SROI). Instead of simply encouraging triple bottom line investments—financial, social and environmental—they are actually measuring it!

Thus far, YSI-CF has performed at a 6% financial ROI and a 12-times multiple for social and environmental ROI. For every $1 invested, YSI-CF has measured an amazing $12 of SROI. The measuring of social and environmental impact is reported to investors, and YSI-CF believes this establishes an incentive for investors to consider the triple bottom line.

The leader behind the fund

Saumya Krishna is the co-founder and managing director of the Youth Social Innovation Capital Fund. The fund provides accessible financing to young social entrepreneurs by managing capital from impact investors, advancing the growth of youth-led triple-bottom-line entrepreneurs.

Saumya is well on her way to achieving her goal of redefining the financial scene in Canada. Her past achievements include a spot in The Next 36, Canada’s most ambitious incubator for the next generation of entrepreneurial leaders, and she has also been a Global Shaper participant at the World Economic Forum. Saumya pairs her entrepreneurial spirit with academic success in health sciences and sociology. Her academic achievements include receiving Western University’s prestigious National President Scholarship, the University of Toronto National Book Award and the Governor General’s Academic Medal.

It is Saumya’s academic background in health sciences and sociology that rouse her commitment to social issues, particularly to marginalized communities. This commitment has led her to many social involvements, from conducting scholarly research on First Nations reserves in Canada to the health needs of India and Rwanda. Perhaps the most relevant insight she has gained over her dawning career is into the many challenges facing young social entrepreneurs today.

How it all began

I had the opportunity to speak with Saumya, and one of the first things I wanted to know was how YSI-CF was started.

 “The Youth Social Innovation Capital Fund started about a year ago when [co-founder] Anshula Chowdhury and I started thinking about the youth social entrepreneur structure in Canada,” Saumya explains. “One thing we realized is that while there are many challenges to all entrepreneurs, including raising financing and growing their business, those challenges are further heightened when you are a social entrepreneur. There is a perception in society that social enterprises are not financially sustainable.

“At that time the Young Social Entrepreneurs of Canada planned to end their micro-loan program for young social entrepreneurs,” she continues. “We realized this was a unique program for young social entrepreneurs that we didn’t want to see die off. We decided to offer to take over the program, but also dramatically upscale the loan program and further the network of young social entrepreneurs.”

What makes them unique

Saumya describes youth social financing as “energizing,” and that passion is what motivates her team to work toward the goals they are trying to achieve. She also notes that innovation is a driving force for her and her team.

“We realize that there are not a lot of capital funds that appeal to social entrepreneurs and, taking that further, there are not many ‘for youth, by youth’ capital funds,” she explains.

On a larger scale, Saumya finds it very exciting to “shake things up in the financial industry by encouraging a new way of investing that is not just about the bottom line of financial return on investment, but actually measures the triple bottom line through Social Return on Investment.”

Saumya is quick to note how essential the youth market is and how it will impact society’s future. She explains that, as the World Economic Forum claims that 50% of the world’s population is under the age of 26, “youth engagement is essential in society. Now more than ever, we need young people to take an interest in creating an infrastructure for youth to get involved in and to drive innovative solutions.”

Two of the issues that YSI-CF has found challenging while operating its capital fund are security and collateral. While Saumya notes that these are issues for all lenders, they are even more of a problem for youth social entrepreneurs.

“Often our entrepreneurs are starting out with limited work experience, no collateral to offer and no credit history,” she explains.

Potential investors note this issue as well, so YSI-CF has been working on innovative ways to mitigate the risk. The organization starts with a comprehensive due diligence process from investment advisor experts and maintains a close working relationship with the young social entrepreneurs they lend to so that they are comfortable communicating with YSI-CF. The group also provides a mentorship support network that increases the entrepreneurs’ chances of success.

Other security practices are also used, including guarantees, references and providing funding based on instalments tied to meeting milestones in the entrepreneurs’ operations.

What is a good deal to YSI-CF?

When asked what the key thing YSI-CF looks for when making an investment, Saumya ranks the people behind the organization as number one. The key thing is “the entrepreneurs and the people in the organization,” she notes. “We ask ourselves, ‘Why are they doing this? How much have they personally invested?’” 

“We would rather invest in an A team with a B idea than a B team with an A idea,” she explains.

Why are they “Canada’s Most Promising New Financial Player” in social finance?

“The Youth Social Innovation Capital Fund is furthering dialogue on new ways of thinking about investing,” explains Saumya. “We want to create greater accountability within our financial system for considering the impact of investment activities. We want to champion young innovators who are passionate about addressing social and environmental challenges through entrepreneurial means.”

***

En nomination : Youth Social Innovation Capital Fund

Le Youth Social Innovation Capital Fund (YSI-CF) fut fondée avec un double objectif : répondre aux besoins des jeunes entrepreneurs démarrant une entreprise sociale en matière de capitaux et d’acquisition de connaissances, et engager les Canadien.ne.s dans le secteur de de la finance sociale.

Les investisseurs consentent des prêts allant de 1 000 $ à 10 000 $ et ces prêts sont octroyés à des jeunes entrepreneurs sociaux sélectionnés par le Comité d’investissement. Les prêts aux entrepreneurs sont d’une durée d’un à deux ans avec un taux d’intérêt de 6 à 8 %. De plus, les jeunes entrepreneurs ont accès à toute une panoplie de soutien non financier, incluant du mentorat, des ateliers et des occasions de mise en réseau. Les investisseurs sont remboursés par YSI-CF au bout d’un à deux ans avec un rendement sur l’investissement (ROI) de 3 à 5 %. Grâce à un partenariat avec Social Asset Measurements Inc., ces investissements sont également mesurés en termes de rendement sur l’investissement social (SROI); au lieu de simplement encourager les investissements en fonction du résultat final triple (financier, social, environnemental), ils sont en mesure de le mesurer!

Jusqu’à présent, YSI-CF a fourni un rendement financier ROI de 6 % et, pour chaque dollar investi, un rendement social et environnemental sur l’investissement multiplié par 12; ainsi YSI-CF a réalisé un SROI incroyable de 12 $. La mesure de l’imparct social et environnemental est transmise aux investisseurs et YSI-CF croit que cette approche incite les investisseurs à considérer l’approche du résultat final triple. 

La leader à l’origine du fonds

Saumya Krishna est la cofondatrice et la directrice des opérations de Youth Social Innovation Capital Fund. Le fonds permet à de jeunes entrepreneurs sociaux d’avoir accès aux capitaux en administrant le capital d’investisseurs à impact social, permettant du coup de faire progresser la croissance d’entreprises visant un résultat final triple.

Saumya est en voie de réaliser son but de redéfinir la scène financière au Canada. Au nombre de ses réalisations antérieures, on compte une place dans le The next 36, à l’intention de la prochaine génération de leaders entrepreneuriaux, c’est l’incubateur le plus ambitieux au Canada; elle a également participé, à titre de Global Shaper, au Forum économique mondial. Saumya conjugue cet esprit entrepreneurial avec ses réalisations académiques en sciences de la santé et en sociologie. Ses accomplissements académiques incluent : l’attribution de la prestigieuse bourse d’études du président décernée par l’Université Western, le prix national du livre de l’Université de Toronto et la médaille d’excellence académique du Gouverneur général.

Ce sont ses antécédents académiques en sciences de la santé et en sociologie qui ont alimenté son engagement envers les causes sociales, particulièrement celles touchant les communautés marginalisées. Cet engagement fut cause de nombreuses implications sociales, de sa recherche sur les réserves des Premières Nations au Canada menées grâce à une bourse d’études jusqu’à celle sur les besoins en santé en Inde et au Rwanda. Mais peut-être l’apprentissage le plus important à l’aube de sa jeune carrière fut-il celui des nombreux défis auxquels font face les jeunes entrepreneurs sociaux.

Comment tout a commencé

J’ai eu l’occasion de discuter avec Saumya, et l’une des choses que je voulais connaître était comment YSI-CF avait vu le jour. Saumya m’a expliqué : “Le Youth Social Innovation Capital Fund a débuté il y a environ un an lorsqu’Anshula Chowdhury, le cofondateur, et moi avons entrepris de réfléchir à la structure soutenant les jeunes entrepreneurs sociaux au Canada. Une chose que nous avons réalisée c’est que, bien que tous les entrepreneurs font face à de nombreux défis, incluant la capacité d’obtenir du financement et de faire croître leur entreprise, ces défis sont encore plus grands lorsque vous êtes un entrepreneur social. Il y a cette perception dans la société que les entreprises sociales ne sont pas financièrement viables.

À cette époque, le Young Social Entrepreneurs of Canada avait prévu de mettre un terme à son programme de microcrédit destiné aux jeunes entrepreneurs sociaux. Nous avons réalisé que c’était là un programme unique pour les jeunes entrepreneurs sociaux et que nous ne voulions pas qu’il meurt. Nous avons donc décidé de leur offrir de reprendre le programme de prêt, et nous l’avons sérieusement amélioré, en plus d’élargir le réseau des jeunes entrepreneurs sociaux.”

Qu’est-ce qui les distingue

Saumya décrit le programme de financement des jeunes comme étant “énergisant” et cette passsion est ce qui motive son équipe à travailler à la réalisation des buts qu’ils souhaitent atteindre. De plus, elle fait remarquer que l’innovation les motive, elle et son équipe, “nous nous rendons compte qu’il n’existe pas beaucoup de fonds de capitaux qui inspirent les jeunes entrepreneurs sociaux, plus encore, il n’existe pas beaucoup de fonds de capitaux pour les jeunes, par les jeunes”.

À plus grande échelle, Saumya trouve excitant de “brasser la cage” dans l’industrie de la finance en encourageant une nouvelle manière d’investir qui ne se soucie pas uniquement du rendement sur l’investissement, mais qui, dans les faits, mesure le résultat final triple grâce au rendement sur l’investissement social (SROI).”

Saumya fait rapidement remarquer à quel point le marché des jeunes est important et comment il impactera à la société de demain. Elle explique que, comme le mentionne le Forum économique mondial, 50 % de la population mondiale a moins de 26 ans. “L’engagement de la jeunesse est essentiel à la société. Aujourd’hui plus que jamais, nous avons besoin que les jeunes s’intéressent à créer une infrastructure qui permette aux jeunes de s’impliquer et mettre de l’avant des solutions innovantes.”

Une grande source de défi pour le YSI-CF, dans la conduite des affaires du fonds en capitaux, est celui des garanties et des cautions. Bien qu’elle fasse remarquer que ceci représente un souci pour tous les prêteurs, c’est encore plus vrai dans le cas des jeunes entrepreneurs sociaux, “bien souvent, nos jeunes entrepreneurs se lancent avec peu d’expérience du travail, aucune caution à offrir et sans historique de crédit.”

Les investisseurs potentiels notent également cette situation, alors YSI-CF tente de mettre en place des approches novatrices de mitiger le risque. En réponse à ce problème, on s’engage dans une évaluation exhaustive de diligence raisonnable menée par des conseillers experts et on entretient une relation de travail étroite avec les jeunes entrepreneurs sociaux pour qu’ils se sentent en confiance d’échanger avec le YSI-CF. Le YSI-CF offre également le soutien d’un réseau de mentorat qui contribue à améliorer les chances de succès du jeune entrepreneur.

D’autres formes de caution sont également utilisées, incluant des garanties, des références et l’attribution de financement par versements au fur et à mesure de l’atteinte de résultats intermédiaires dans la suite des opérations du jeune entrepreneur.

Qu’est-ce qu’une bonne affaire pour YSI?

Lorsqu’on lui demande ce que YSI-CF recherche avant de procéder à un investissement, Saumya répond qu’en premier lieu vient la qualité des personnes au sein d’un organisme. Elle mentionne que l’élément clé est : “les entrepreneurs et les membres de l’organisation. Nous nous demandons, “pourquoi font-ils cela? Combien ont-ils personnellement investi?” Saumya se réfère à l’adage : “Nous préférons investir dans une équipe de classe A avec une idée de classe B que dans une équipe de classe B avec une idée de classe A.”

Pourquoi sont-ils “le nouveau joueur le plus prometteur au Canada” en finance sociale?

“Le Youth Social Innovation Capital Fund fait progresser le dialogue sur les nouvelles manières de concevoir l’investissement. Nous voulons que notre système financier devienne davantage responsable afin d’être mieux à même de mesurer l’impact des activités d’investissement. Nous voulons nous faire les champions des jeunes innovateurs, ces passionnés qui souhaitent faire face aux défis sociaux et environnementaux par le biais de l’entrepreneuriat.”

The Awards

The Social Finance Awards is an annual award series hosted by SocialFinance.ca. The awards are presented to leaders who are playing a pivotal role in catalyzing the Canadian social finance marketplace. The awards were conceptualized to showcase and celebrate the efforts that individuals and organizations are making to mobilize private capital for public good. Too often these efforts go unnoticed, and there exists an opportunity to inspire action in this field by highlighting the stories of these leaders.

Our Nominees