Social Finance Nominee-Rise Asset Development

En français

A mental health facility and a business school may seem like unlikely bedfellows, yet it is the innovative partnership between two such institutions that has helped give rise (pun intended) to one of this year’s most promising new financial players in the Canadian social finance sector.

Rise Asset Development, an initiative of University of Toronto’s Rotman School of Management and the Centre for Addiction and Mental Health (CAMH), was founded in 2009 with the vision and support of Sandra Rotman, who seeded the project with a $1 million donation. An independent registered charity, Rise focuses on microfinance to improve the lives of people struggling with mental health or addiction challenges by empowering business owners with access to financing and mentorship.

The vision

In 2008 Sandra Rotman was an outpatient at CAMH. While there, she recognized the untapped potential and talent of the people she engaged with and she began to explore ways of unleashing that talent, translating it into meaningful employment, improved mental health and better quality of life.

“Employment itself is a determinant of health and a predictor of recovery,” says Narinder Dhami, executive director of Rise. “If we were to meet for the first time today, I’d ask your name. The next thing I would ask is what you do. When you can’t answer that question, you lose membership into society, which leads to social isolation, which affects your health. You’re excluding yourself from the market, society, the community.”

People who have serious mental illnesses face workplace stigmatization and significant barriers to employment. Unemployment rates among that group are commonly reported to range from 70 to 90%, depending on the severity of the disability. Rise leverages the combined skills and resources of its partners, along with those of committed volunteer advisors and supporters, to tackle this social challenge by promoting entrepreneurship.

“Sandra wanted to bring together two organizations with very distinct skill sets: Rotman for the business piece and CAMH for the mental health piece,” explains Narinder.

The seed funding was open ended: “It had a very defined objective: to assist people with mental health and addiction challenges in finding employment through some sort of a loan financing business application—but how we used the funding was very open,” explains Narinder. “Whatever we could do to have the most impact was how the funds were to be directed.”

Finding a niche

In the pilot phase, Rise’s team of staff, volunteer advisors and supporters explored social enterprise lending, but recognized the need to start small.

“A lot of social enterprises aren’t ready for financing, nor are they looking for it,” says Narinder.

The decision to focus on individual lending fit with the objectives of the program. As a charitable microfinance institution, Rise’s loans are capped at $25,000 per individual, as per Canada Revenue Agency regulations, but they typically start much smaller, at around $5,000.

“If someone can take more than $25,000 they’re likely at a different level and should be able to get other types of financing,” Narinder explains.

The rolling pilot began with loans to four entrepreneurs, a number that has since grown to 22. Rise has disbursed over $75,000, at a rate of prime +0.5, with added flexibility provided. Recipients, who range from an e-commerce entrepreneur to a fashion designer to a photographer, are paired with volunteer mentors, many of who are Rotman alumni. The portfolio is doing well: Four of the 22 loans have been repaid and, to this date, none have defaulted.

“Our clients are motivated because they want to be independent,” says Narinder.

Rise makes an effort to share stories of their clients’ successes in order to reduce stigma and add dimension to the “single story” of people living with mental health and addiction challenges.

“By sharing the stories of our entrepreneurs, and other entrepreneurs who have overcome barriers stemming from mental health and addiction challenges, we think that we can help change the story,” Narinder says.

Measuring impact

“We understand as a team that it’s really important to measure [impact], but it takes time to develop the right tools,” says Narinder.

Rise’s first impact analysis, executed through CAMH, was very mental-health focused and predominately qualitative. Results were positive, showing increased confidence and social inclusion, among other health benefits. Yet the team felt there were gaps and shortcomings in the analysis that needed to be addressed.

“One of the lessons was that the way we were doing our impact analysis wasn’t necessarily the best for our clients,” says Narinder.

Asking the clients to visit CAMH for the impact assessment seemed at odds with the rest of the program, which intentionally chose to operate out of the business school, rather than the hospital.

“Our clients see themselves as entrepreneurs first, and as someone who has had a mental health or addiction challenge down in the hierarchy of characteristics,” explains Narinder.

The second iteration of the impact analysis, currently in development, will integrate economic indicators and will be strongly quantitative (though it will continue to blend qualitative assessments). Metrics include jobs created, taxes paid and incremental gains in income earned, which in turn will help measure government savings on social supports.

“We don’t see success in one dimension,” says Narinder. “Success could be for an entrepreneur to gain full income to support their day to day, but success for some people who cannot work a full week or a full-time job may be incremental income so they can improve the quality of their lives.”

Continued innovation

Coming out of the two-year pilot, Rise has embarked on its second phase of programming, exploring additional ways to diversify and scale their programs.

With funding from the Ontario Ministry of Children and Youth Services, Rise has created a targeted youth program in Toronto to enable a vulnerable population to become active members of their community. The program includes business plan training co-curated by Rotman DesignWorks, as well as opportunities to access financing through the loan portfolio.

“One of the things we want to maintain as an organization is flexibility. We don’t want to group people into predefined areas. So if there’s an opportunity, we’ll explore it,“ says Narinder.

In that vein, with the support of the Citi Foundation, Rise is piloting a new group-lending product that will target transitional homes, community housing and existing peer support groups. The idea is that entrepreneurs motivate each other to grow their respective businesses and repay their loans.

“I’ve seen group lending work fabulously overseas. I’ve also seen reports on its failures locally. But the failures are usually based on social cohesiveness, which I think we can overcome,” says Narinder. “What was lacking with groups of people who lived 50 miles away from each other is created through dealing with a similar challenge or through locational proximity if you’re in a transitional home.”

Rise is currently expanding across Ontario, finding new partners in other jurisdictions in order to replicate the success found in the Greater Toronto Area. A key objective is to create a scalable organization that will assist a growing number of entrepreneurs across Ontario.

“It’s about finding the right channels and the right partners,” says Narinder. “What’s great is that we’ve found we have support wherever we go.”

***

En nomination : Rise Asset Development

Un centre de santé mental et une école de gestion peuvent sembler faire un drôle de couple, pourtant c’est ce partenariat novateur qui a permis la montée (jeu de mots en anglais : rise) à l’un des nouveaux joueurs les plus prometteurs du secteur de la finance sociale au Canada.

Rise Asset Development, une initiative conjointe de l’école de gestion Rotman de l’université de Toronto et du Centre canadien pour la santé mentale et les dépendances (CAMH), a été fondé en 2009 grâce à la vision et au soutien de Sandra Rotman, qui a donné naissance au projet grâce à sa contribution de 1 million $. Organisme de charité enregistré, Rise se concentre sur le microfinancement dans le but d’améliorer la vie des personnes aux prises avec des problèmes mentaux ou de dépendance en offrant aux entrepreneurs l’accès au financement et au mentorat.

La vision

En 2008, Sandra Rotman était une patiente externe à CAMH. Durant cette période, elle eut l’occasion de prendre conscience du potentiel et du talent inexploités des gens qu’elle y rencontrait. Elle entreprit d’explorer des avenues de libérer ce talent et de le transformer en emplois signifiants, une santé mentale améliorée et une meilleure qualité de vie.

” En fait, l’emploi lui-même est un déterminant de la santé et un indicateur prévisionnel de guérison”, explique Narinder Dhami, chef de la direction de Rise. “Si on se voyait pour la première fois aujourd’hui, je vous demanderais votre nom. La prochaine chose que je vous demanderais est : qu’est-ce que vous faites. Lorsque vous ne pouvez répondre à cette question, vous perdez votre appartenance à la société, ce qui mène à l’isolement social et affecte votre santé. Vous vous excluez du marché, de la société, de la communauté.”

Les gens avec de sérieuses maladies mentales font face à de la stigmatisation en milieu de travail et à des barrières importantes au niveau de l’emploi. Le taux de chômage au sein de ce groupe est de l’ordre de 70 à 90 %, selon la sévérité d’incapacité. Rise met à profit les compétences et les ressources combinées de ses partenaires, conjuguées aux efforts de ses conseillers bénévoles et supporteurs, pour s’attaquer à ce défi social par le biais de la promotion de l’entrepreneuriat.

“Sandra souhaitait mettre en commun les compétences de deux organismes très différents : Rotman pour le côté affaires et CAMH pour l’aspect santé mentale”, explique Dhami. Le financement de démarrage se voulait ouvert : “Il avait un objectif défini, c’est-à-dire d’aider les personnes des problèmes de santé mentale et de dépendance à trouver un emploi, par le biais d’une demande de prêt visant un financement d’entreprise. Mais la manière d’utiliser le financement était très flexible. Peu importe ce que nous faisions, l’objectif était d’avoir un impact maximal grâce à l’utilisation des fonds.”

Trouver la bonne niche

Au cours de la phase pilote, l’équipe de Rise, les conseillers bénévoles et les supporteurs ont étudié le monde du prêt à l’entreprise sociale et ont reconnu l’importance de commencer à petite échelle. “Bon nombre d’entreprises sociales ne sont pas prêtes pour le financement par emprunt, ni n’en recherchent”, de dire Dhami. La décision de nous concentrer sur le financement individuel permet d’atteindre les objectifs du programme. À titre d’institution charitable de financement, et conformément aux règlements de l’ARC, Rise doit se limiter à des près de 25 000 $ maximum par individu. Le prêt typique est par contre beaucoup plus petit, soit aux alentours de 5 000 $. “Si quelqu’un cherche plus de 25 000 $, il est, de toute vraisemblance, à un niveau différent et en mesure d’obtenir son financement d’autres sources.”

Le projet pilote a débuté avec des prêts à quatre entrepreneurs, un nombre qui est depuis passé à vingt-deux. Rise a déboursé plus de 75 000 $ à un taux de prime plus 0,5 %, une certaine flexibilité est également offerte. Les bénéficiaires, qui vont d’un entrepreneur en commerce électronique, à un dessinateur de mode, à un photographe, sont jumelés à des mentors bénévoles dont plusieurs sont des diplômés de Rotman. Le portefeuille se porte bien : quatre des 22 prêts ont été remboursés et, à ce jour, il n’y a eu aucun défaut de paiement.

” Nos clients sont motivés, car ils veulent être indépendants”, déclare Dhami.

Rise s’efforce de partager les histoires de ses clients afin de réduire la stigmatisation et d’ajouter d’autres facettes à l’histoire unidimensionnelle des personnes faisant face à des problèmes maladie mentale ou de dépendance.

“En partageant les succès de nos entrepreneurs, et ceux d’autres entrepreneurs, ayant surmonté les barrières dues aux défis reliés à la maladie mentale ou la dépendance, nous croyons que nous pouvons aider à influencer l’histoire.”

Mesurer l’impact

“En tant qu’équipe, nous comprenons qu’il est très important de savoir mesurer, mais le développement des outils appropriés prend du temps”, raconte Dhami.

La première analyse d’impact menée par Rise était fortement orientée vers la maladie mentale et surtout qualitative. Les résultats étaient positifs, démontrant une confiance en soi et une inclusion sociale accrues, entre autres avantages. L’équipe avait cependant l’impression qu’il y avait des trous et des faiblesses dans cette analyse et qu’ils se devaient d’être comblés.

“Une des leçons que nous avons tirées, c’est que notre approche pour mener notre analyse d’impact ne rendait pas nécessairement justice à nos clients”, raconte Dhami. Demander à ces personnes de se rendre au CAMH pour l’évaluation d’impact semblait être en contradiction avec le reste du programme, lequel choisissait intentionnellement à opérer à partir de l’école de gestion plutôt que de l’hôpital.

“Dans la hiérarchie des caractéristiques, nos clients se voient d’abord comme des entrepreneurs puis, ensuite, comme des personnes ayant fait face à des défis reliés à la maladie mentale et la dépendance.”

La seconde version de l’analyse d’impact, en voie de développement présentement, intégrera des indicateurs économiques et sera surtout quantitative (bien qu’elle renfermera aussi des évaluations qualitatives). Les paramètres incluent le nombre d’emplois créés, les impôts versés et l’augmentation des revenus réalisés, ce qui, en retour, permet de mesurer les économies réalisées par le gouvernement dans ses programmes sociaux.

“Pour nous, le succès n’est pas unidimensionnel. Pour un entrepreneur donné, le succès pourrait être de générer suffisamment de revenus pour subvenir à ses besoins au quotidien. Mais pour un autre qui ne peut travailler à plein temps, le succès peut être représenté par le revenu supplémentaire qui lui permette d’améliorer sa qualité de vie.”

Constante innovation

Au sortir des deux années du projet pilote, Rise s’est lancé dans une seconde phase de sa programmation, soit l’exploration d’avenues additionnelles visant à diversifier et élargir leurs programmes.

Grâce à un financement obtenu du ministère ontarien des Services à l’enfance et à la Jeunesse, Rise a mis sur pied un programme s’adressant aux jeunes de Toronto pour venir en aide à une population vulnérable et les aider à devenir des membres actifs de leur communauté. Le programme inclut une formation en développement de plan d’affaires coorganisé par Rotman Design Works et offre des occasions d’accès à du financement grâce via le portefeuille de prêts.

“Une chose que nous voulons préserver au sein de notre organisation, c’est la flexibilité. Nous ne voulons pas regrouper les gens dans des zones prédéfinies. Ainsi, si nous percevons une opportunité, nous allons l’explorer”, explique Dhami.

Dans cette foulée, Rise pilote présentement un nouveau produit de prêts collectifs, avec le soutien de la Citi Foundation. Ce projet vise les maisons de transition, le logement communautaire et les groupes de soutien par les pairs existants. L’idée derrière cela est que les entrepreneurs se motivent mutuellement à faire progresser leur entreprise et à repayer leur emprunt.

“J’ai observé, ailleurs dans le monde, le succès phénoménal des prêts collectifs. J’ai aussi lu des rapports racontant leur échec au niveau local. Mais les échecs sont normalement reliés à la cohésion sociale, un problème que nous pouvons surmonter, je crois”, dit Narinder.

“Ce qui manquait à des groupes vivant à 50 miles de distance les uns des autres peut se créer par le fait de faire face à un défi semblable ou par la proximité locale si vous vivez dans une maison de transition.”

Rise prend présentement de l’expansion à travers l’Ontario, se trouvant de nouveaux partenaires dans d’autres juridictions afin de reproduire les succès obtenus avec le GTA. Un objectif clé est de créer une organisation adaptable qui pourra venir en aide à un nombre croissant d’entrepreneurs à travers l’Ontario.

“Tout est une question de dénicher les bons canaux et les bons partenaires. Ce qui est extraordinaire, c’est que nous recueillons du soutien partout où nous allons.”

The Awards

The Social Finance Awards is an annual award series hosted by SocialFinance.ca. The awards are presented to leaders who are playing a pivotal role in catalyzing the Canadian social finance marketplace. The awards were conceptualized to showcase and celebrate the efforts that individuals and organizations are making to mobilize private capital for public good. Too often these efforts go unnoticed, and there exists an opportunity to inspire action in this field by highlighting the stories of these leaders.

Our Nominees